Header article froid
Alimentation

Froid : Des véhicules plus que jamais essentiels à la supply chain

Qu’il s’agisse du transport de denrées périssables ou encore de médicaments, les véhicules frigorifiques occupent une place à part sur les routes et dans la supply Chain. La crise du COVID19 a encore renforcé le rôle clé de ces véhicules. Analyse spéciale « Froid » avec Olivier Dutrech, Directeur Innovation et de Fraikin Business Solutions.

« Les véhicules frigorifiques (ou sous températures dirigées) occupent une place à part dans la chaîne logistique, car ils sont destinés au transport de marchandises sensibles comme les produits alimentaires ou médicaux », explique Olivier Dutrech, Directeur Innovation et de Fraikin Business Solutions.
Mais, sous l’effet du Covid 19, les véhicules frigorifiques n’ont jamais été aussi essentiels… et présents sur les routes ! « Alors que l’Europe entière est confinée pour affronter l’épidémie de coronavirus, le transport de denrées alimentaires et de produits pharmaceutiques, revêt plus que jamais, une importance stratégique, observe Olivier Dutrech, et la filière du monde froid doit être à la hauteur de l’enjeu ».

Une gamme large pour des besoins spécifiques…

En 2019, on dénombrait en France 2481 porteurs frigorifiques immatriculés et 3587 semi-remorques frigorifiques. En fait, 10% des poids lourds immatriculés en France sont des porteurs frigorifiques.

Mais derrière ces chiffres se cache une autre réalité : la très grande diversité de la filière froid ! « Des manufacturiers à la grande distribution, de la grande distribution au commerce de proximité, du commerce de proximité à la livraison sur le dernier kilomètre, les véhicules réfrigérés sont tout bonnement omniprésents, déclare Olivier Dutrech, mais à chaque type de besoin répond un type de véhicule spécifique ».

Une largeur de gamme qui s’étend des véhicules à froid positif permettant un transport de marchandises entre 0 et 7°, en passant par les véhicules frigorifiques de classe C, permettant de garantir une température jusqu’à -20° tout en passant par les véhicules isothermes (qui peuvent être des deux-roues également) « Il faut savoir par ailleurs que l’on peut avoir des véhicules calorifiques qui peuvent quant à eux maintenir une température jusqu’à +12° (utilisés notamment pour le transport de médicaments ou les oeuvres d’art) qui sont également rattachés à la catégorie du transport sous température dirigée », précise Olivier Dutrech.

Filière « froid » : Une évolution à long terme

Pour Olivier Dutrech, le constat est clair et sans appel : « la crise sanitaire du Covid 19 a mis en exergue l’importance de la filière ”froid”, mais l’évolution des habitudes de consommation héritées d’un confinement prolongé, vont encore renforcer le rôle de ces véhicules ».

Parmi les axes les plus susceptibles de se développer, on trouve notamment la livraison sur le dernier kilomètre qu’il s’agisse de denrées alimentaires ou de plats préparés. « Les consommateurs vont durablement s’orienter vers des services de livraison à domicile et le e-commerce pour limiter leur exposition au risque de contamination. Cela constitue une perspective de développement majeur pour tout un secteur d’activité », conclut Olivier Dutrech.

Partagez cet article
Partagez cet article